Sign up to our newsletter:

Le Design comme outil pédagogique

Volume 5 Number 2 - October 2008
Didier Rousseau-Navarre

English title: Design as a teaching tool

Spanish title: El diseño como una herramienta de enseñanza

Résumé

L’arbre de l’évolution de Darwin a inspiré l’aménagement du Jardin Botanique de Marnay-sur-Seine, qui a ouvert au public en 1999. Les visiteurs peuvent suivre le chemin de l’évolution des plantes en commençant par les formes les plus simples puis, en progressant dans le temps, vers les plantes à fleurs. La volonté d’aménager le jardin de cette façon s’inspire du philosophe Gaston Bachelard et de son idée d’une relation intelligente entre l’homme et les plantes. Les modèles de classification de ce dernier ainsi que l’arbre de l’évolution de Darwin et ses idées d’évolution continuelle ont fourni l’ossature conceptuelle pour aménager le jardin suivant un thème progressif. Partant du principe de n’utiliser que des plantes vivantes, il a fallu trouver des plantes pour évoquer les espèces éteintes ou pour représenter certains maillons du développement évolutionniste. Celles-ci ont été sélectionnées sur la base de critères communs, telles les cyanobactéries et leur capacité à réaliser la photosynthèse. Le début de la vie dans l’eau évolue jusqu’aux algues. Puis le terrain s’assèche et les sélaginelles et les fougères représentent les premières plantes terrestres. On avance pour arriver ensuite à la partie du jardin consacrée aux plantes pollinisées par le vent et les fleurs, qui dominent le monde actuel.

Le Jardin Botanique de Marnay-sur-Seine, ouvert au public, est sans doute le plus jeune des jardins botaniques de France. Créé en 1998, la première partie, d’une surface de 5 000 m2, a été inaugurée en 1999. Il est en cours d’aménagement et son étendue actuelle atteint 2ha. La motivation qui m’a conduit à sa création était et reste l’envie de restaurer et de refonder un rapport intelligent entre l’Homme et la Nature.

Le philosophe Gaston Bachelard m’a inspiré, puis m’a convaincu lorsque dans son ouvrage La terre et les rêveries du repos il cite le poète Lucien Becker qui a écrit : « Personne ne sait si son corps est une plante que la terre a faite pour donner un nom au désir ». Comment ne pas se sentir alors soi-même comme faisant partie du règne du vivant au même titre que les plantes?

C’est dans cet esprit que j’ai abordé cette réflexion pour aménager la « partie systématique » du jardin. Ma préoccupation immédiate était et reste la suivante:

  • « Donner à voir certes mais donner à comprendre pour mieux voir. »
  • Quoi de mieux qu’une école et s’agissant des plantes, quoi de mieux qu’une école de botanique ?

Une école doit permettre de former des spécialistes et d’informer des non-initiés aux arcanes de la science botanique, en divulguant les connaissances actuelles. Au regard des différents modèles de schémas classiques, créés par des systématiciens comme Dahlgren, Cronquist, qui sont autant de propositions conceptuelles brillantes mais caduques, nous avons choisi une modeste mais pertinente solution.

C’est pourquoi notre jardin systématique a été pensé, voulu et réalisé sous l’appellation de « Chemin de l’Évolution » en suivant le modèle de K. Kubitski le plus proche de l’Angiosperm Phylogeny Group 2 ème édition (APG2).

« Chemin de l’évolution » pour parler de la systématique, nous voici bien dans l’idée de phylogénie, et la phylogénie, à l’instar de C. Darwin, est fondée sur la non fixité des espèces. Ce modèle nous invite à revisiter le monde du vivant dans le cours de l’histoire et à comprendre la vie selon une définition du hasard comme étant : « la rencontre de plusieurs déterminismes à un moment déterminé ».

Exprimer la systématique sous la forme d’un cheminement

C’est associer le monde vivant à un monde en mouvement qu’on accompagne physiquement. L’image la plus appropriée pour évoquer la phylogénie, comme la généalogie, c’est l’arbre. C’est une image fractale : on peut considérer que la phylogénie du règne végétal est à l’image de la perception qu’on a des individus qui la composent.

Après avoir défini la forme et le cadre, il restait à définir le contenu. Évidemment, on ne saurait être exhaustif dans une telle démarche qu’en incluant les éléments fossiles de l’histoire des plantes, mais le parti pris de n’utiliser que des végétaux vivants a permis d’éviter la connotation muséale, (passéiste), une étiquette qui colle encore aux botanistes. C’est pourquoi le choix des Eucaryotes chlorophylliens encore vivants s’est imposé. Il nous a semblé, par ailleurs, important de représenter quelques Champignons et Lichens de manière à être plus explicite sur leur appartenance à des Règnes différents en ayant recours à une forme signalétique différente.

Montrer des végétaux vivants

Montrer des végétaux vivants comme témoins des âges les plus reculés est frappant pour exprimer la réalité. Il restait à faire les recherches pour identifier et se procurer des végétaux rustiques sous notre climat océanique à nuances continentales concernant toutes les Classes, Sous-classes, Ordres, Familles et Genres à représenter. Ces grandes divisions du règne végétal sont présentées dans ce « chemin de l’évolution ».

Un détail important qui caractérise notre systématique : la surface attribuée à la culture des plantes correspond à un ratio établi en fonction du nombre de genres et d’espèces selon l’estimation de D.J.Mabberley. Cette particularité permet d’un seul regard de se faire une idée de l’importance de la diversité des espèces représentant les différentes divisions du règne végétal. Nous avons fait le choix de montrer peu d’espèces d’algues, d’hépatiques et de mousses, difficiles à gérer en culture et exigeant des aménagements particuliers, mais leur présence est suffisamment explicite. Les végétaux ont été disposés selon un cheminement pédagogique montrant les étapes de l’évolution. L’aménagement a été réalisé avec des matériaux naturels et courants pour créer une ambiance simple et conviviale.

Évoquer l’évolution en suivant le « Chemin de l’évolution »

Dans un bassin circulaire enchâssé dans la pouzzolane des cyanobactéries évoquent les débuts de la vie et des algues vertes figurent, dans l’eau, les débuts de la vie végétale différenciée (premiers Eucaryotes chlorophylliens).

Eucaryotes chlorophylliens terrestres

Sur le bord du bassin, des hépatiques et des mousses colonisent les terres et roches émergées…on avance.

Cryptogames vasculaires

Toujours inféodées à la présence de l’eau, les sélaginelles, prêles et fougères représentent les premiers végétaux dotés de tissus vasculaires permettant la circulation de la sève depuis les racines jusqu’aux organes chlorophylliens. À la faveur des ombrages créés par les plus grands représentants de ces groupes, la diversité s’accroît. Le Carbonifère est évoqué par la présence des fougères arborescentes. L’évolution engendre aussi la différenciation des organes reproducteurs et photosynthétiques ; l’osmonde royale (Osmunda regalis L.), installée à l’extrémité de ce massif en témoigne.

Gymnospermes

Les Cycadacées : La charnière entre les Cryptogames et les Gymnospermes est évoquée par la présence du Cycas du Japon (Cycas revoluta Thunb.). Les premières plantes à fleurs et à graines apparaissent. Nous voulons montrer par là que les Gymnospermes se sont émancipées du point de vue sexuel, par rapport à la présence de l’eau et que, les premiers, ils ont pratiqué l’anémogamie, les plus avancés d’entre eux pratiquant même l’entomogamie.

Ephédracées

La charnière entre Gymnospermes et Angiospermes est mise en évidence par Ephedra equisetina Bunge. Le genre Ephedra, apparu pendant la période entre le Jurassique qui s’achève par la dernière grande extinction (190/135 millions d’années) et le Crétacé (65 millions d’années).

Angiospermes

Les plantes à fleurs modernes figurent le dernier modèle de sexualité apparu et ne manquent pas d’imagination. Ce sont les végétaux dominants depuis 65 millions d’années. On y reconnaît deux grandes Classes distinctes : les Dicotylédones et les Monocotylédones.

Signalétique

Afin de rendre plus accessible l’approche de la classification et de l’évolution lors du cheminement sur le terrain, les Classes sont signalées par un panneau rouge sur l’axe principal ; les allées secondaires signalées en bleu marquent l’entrée dans les Sous-classes ; les panneaux verts signalent l’entrée dans les Ordres ; les cartels blancs déclinent les différents taxons de rangs inférieurs et indiquent l’entrée dans les Familles, Genres et Espèces.

L’avenir de ce jardin systématique

C’est un espace modulable. Il est aisé d’en modifier les tracés et les surfaces afin de faire évoluer le jardin en fonction des connaissances. Ainsi, cette représentation de la systématique au Jardin Botanique de Marnay-sur-Seine restera d’actualité.

Bibliographie:

  • Darwin, C., 1973, L’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la lutte pour l’existence dans la nature, trad. J.-J. Moulinié (d’après les 5è et 6è éditions anglaises), Verviers, Gérard & C°, Marabout - Université
  • Cronquist, A., 1981, An integrated system of classification of flowering plants. Columbia University Press, New York
  • Dahlgren, R., 1983, General aspects of angiosperm evolution and macrosystematics. Nordic J. Bot.3 119-149.
  • Mabberley, D.J., 1997, The Plant-Book, second edition. Cambridge University Press
  • Kubitzki, K., 1990, The families and genera of vascular plants, in The Plant Book D. J. Mabberley. Cambridge University Press 1997
  • Bachelard, G., 1971, La terre et les rêveries du repos. Librairie José Corti, p. 290
  • The Angiosperm Phylogeny Group, 2002, An update of the Angiosperm Phylogeny Group classification for the orders and families of flowering plants: APGII.. Bot. J. Linnean Soc., Pp 141: 399-436.

Summary

Darwin’s evolutionary tree was the inspiration for the design of Marnay-sur-Seine Botanic Garden, which opened to the public in 1999. Visitors can follow the road of evolution, from plants emerging in their simplest forms and evolving over time to flowering plants. The motivation to design the garden in this way came from the philosopher Gaston Bachelard and his ideas of an intelligent relationship between humans and plants. His classification models as well as Darwin’s evolutionary tree and continual evolution ideas provided the conceptual framework for the garden’s design along a progressive theme. With the desire to use only living flora, plants had to be sourced to either stand in for extinct plants or represent plants in a certain part of the evolutionary progress. These were selected on shared characteristics such as cyanobacteria and their ability to perform oxygenic photosynthesis. From this initial water based start there is a progression to algae. From there the garden moves onto dry land with selaginella and ferns representing the first land-based plants. This progresses until the garden reaches the wind and flower pollinating plants that dominate the world today.

Resumen

El árbol evolutivo de Darwin fue la inspiración para el diseño del Jardin Botánico

de Marnay-sur-Seine, el cual abrió al publico en 1999. Los visitantes pueden seguir el camino de la evolución, desde plantas que emergen en las formas mas simples y evolucionan con el tiempo hasta las plantas con flor. La motivación para el diseño en esta forma viene del filosofo Gaston Bachelard y sus ideas de una relación inteligente entre humanos y plantas. Su modelo de clasificación asi también como el árbol de la evolución de Darwin y las ideas sobre la continua evolución proporcionaron la estructura conceptual para el diseño del jardín a lo largo de un tema progresivo. Con el deseo de usar únicamente las plantas vivientes, las plantas tenian que haber sido encontradas para representar plantas que estan extintas o que representan una cierta parte del progreso evolutivo. Estos fueron seleccionados sobre caracteristicas compartidas tales como cianobacterias y su habilidad para realizar fotosíntesis oxigénica.

De este inicio basado en agua hay un avance a las algas. De ahi el jardin se mueve a tierra seca con selaginellas y helechos representando las primeras plantas terrestres. Esto progresa hasta que el jardin alcanza el viento y las flores polinizando plantas que dominan el mundo hoy.

Didier Rousseau-Navarre
Director
Jardin Botanique de Marnay sur Seine
68 Grande Rue
Marnay-sur-Seine
10400 France
Email: didier.rousseau@jardin-botanique.org